Promotion: Vos Velux moins chers ! >> EN SAVOIR PLUS
Nos experts sont disponibles au : 01 69 23 33 56

Exemple de parquet stratifié marron imitation chataignier
tout savoir sur le parquet stratifié
5 juillet 2021
Parquet : comment entretenir le parquet de votre salle de bain ?
14 mars 2022

Parquet : les 7 questions que vous devez vous poser avant de vous lancer

Salon avec parquet et poele à bois

Noble et tendance, le parquet réchauffe de son bois toutes les pièces de la maison. Vous souhaitez vous offrir ce revêtement de sol esthétique et haut de gamme ? Attention, car tous les modèles ne se valent pas et le choix peut être délicat. Parquet flottant ou parquet massif ? Finition vitrifiée, cirée ou huilée ? Essence de bois exotique comme le teck ou européen comme le chêne ? Pour quelle pose opter ? Avant de vous lancer, voici les 7 questions à vous poser pour un parquet intérieur à la hauteur de vos espérances.


1. La surface de mon parquet sera-t-elle très sollicitée ?

Les parquets se distinguent par des différences de niveaux de dureté et de résistance à l’usure. Ainsi, certains seront parfaitement adaptés aux exigences d’une entrée ou d’une pièce de vie, très fréquentée, alors que d’autres auront plutôt leur place dans une chambre, au passage plus restreint.

Vous trouverez ces caractéristiques techniques sur leurs étiquettes, notamment grâce à des pictogrammes numérotés :

  • Le niveau 21 : ce revêtement de sol est idéal pour les zones de passage faible (les chambres, la salle de bain par exemple).
  • Le niveau 22 : ce revêtement de sol est à privilégier pour les zones de passage plus intenses (les séjours, le salon par exemple).
  • Le niveau 23 : ce revêtement de sol est généralement réservé pour les pièces à usage professionnel, très fortement sollicitées (une salle d’attente par exemple).

En respectant ces caractéristiques techniques, vous assurez une durée de vie optimale à votre parquet.

2. Mon parquet risque-t-il d’être sali ou rayé ?

Toujours dans l’objectif de préserver au maximum la beauté et la longévité de votre sol, il est primordial de songer aussi aux petites mésaventures du quotidien. Talons aiguilles, gravillons, taches diverses et variées, éclaboussures d’eau ou d’huile… Tout cela malmène votre parquet.

Suivant les pièces, les risques ne sont pas les mêmes. Dans une cuisine, les chutes d’objets ou les traces sont plus fréquentes que dans une chambre. Et si certaines taches superficielles peuvent facilement disparaître grâce à une serpillière humidifiée et un peu de savon noir, il peut toutefois être nécessaire de poncer légèrement le parquet, notamment en cas de rayures profondes.

Dans ce cas, un parquet massif huilé aura alors l’avantage sur un parquet flottant qui ne peut être beaucoup poncé ou sur un parquet massif ciré ou vitrifié plus long à rénover. À l’inverse, pour une chambre ou un bureau, ces derniers peuvent être tout à fait adaptés.

3. Mon parquet se trouvera-t-il dans une pièce humide ?

Le parquet s’invite dans toutes les pièces, y compris les plus humides comme la salle de bain. Côté esthétique, le résultat est tout simplement sublime… mais pour qu’il le reste, attention à votre choix de parquet !

Les bois exotiques, naturellement hydrofuges, sont les plus aptes à résister à l’humidité ambiante et aux brusques différences de températures. C’est pourquoi il est fortement conseillé d’opter pour le teck ou le bambou, bien que les bois européens comme le chêne puissent également être intéressants, sous couvert d’être traités en profondeur. La pose et la finition de votre parquet auront aussi toute leur importance. Pour une salle de bain, la pose dite « pont de bateau » est celle qui apportera le plus d’étanchéité. Enfin, privilégiez plutôt un parquet huilé. Les modèles cirés peuvent devenir très glissants et les vitrifiés se fragilisent rapidement.

4. Sur quel revêtement de sol actuel sera posé mon parquet ?

De votre sol actuel va dépendre le type de pose (flottante ou collage) et l’épaisseur de votre futur parquet. Voici quelques exemples pour y voir plus clair :

  • Si votre support est totalement neuf (chape en béton par exemple) : c’est parfait, les deux poses sont permises ! Quant à l’épaisseur, vous pouvez opter pour le confort d’un parquet épais (jusqu’à 23 mm).
  • Si votre support est un ancien carrelage : vous pouvez sans problème procéder aux deux poses sans distinction. Un soigneux nettoyage sera nécessaire, accompagné par un ponçage pour une pose collée. Cependant, attention à l’épaisseur et privilégiez un parquet fin (12 ou 14 mm).
  • Si votre support est une moquette ou un revêtement de sol en vinyle, mieux vaut opter pour une pose flottante avec un parquet de faible épaisseur (12 ou 14 mm).

5. Ai-je un chauffage au sol ?

Combiner chauffage au sol et parquet est tout à fait possible. Mieux, cela vous apportera un confort incomparable au quotidien. Si vous vivez dans une région chaude, vous pouvez même craquer pour un chauffage réversible rafraîchissant, parfait pour l’été.

En revanche, tous les parquets ne sont pas compatibles. Privilégiez un parquet flottant dont l’essence de bois résiste à l’humidité (à cause de la condensation du parquet chauffant/rafraîchissant), d’une faible épaisseur (14 mm), posé avec des collages adaptés sur les contre-plaqués. Mais pour éviter tout faux pas, n’hésitez pas à faire installer votre sol par un professionnel.

6. Faut-il faire appel à un artisan pour la pose ou puis-je la réaliser moi-même ?

Nous en parlions juste au-dessus. Si la pose d’un parquet flottant est généralement accessible aux bricoleurs avertis, dans certaines situations (besoin d’un ragréage, modification des canalisations ou ajout de prises électriques par exemple), mieux vaut faire appel à un artisan qualifié. Il en va de même avec l’installation d’un parquet massif qui requiert des outils spécifiques, une rigueur et une technique que peu d’amateurs possèdent.

Le risque n’est pas seulement de se retrouver avec un revêtement de sol peu esthétique, grinçant ou déformé, c’est également sa durée de vie qui est en jeu. Aux Ateliers du Bois, nos spécialistes procèdent toujours à des installations dans les règles de l’art, pour un résultat à la fois beau et durable.

7. Comment s’assurer de la qualité et de la longévité de mon parquet ?

Pour n’avoir aucun doute sur la qualité de votre futur parquet, vous devrez prêter attention aussi bien à l’origine de l’essence utilisée qu’à son installation. Le « Made in France » est généralement à privilégier, sauf quand il s’agit de bois exotiques. Dans ce cas-là, veillez à ce qu’ils bénéficient d’un traitement respectueux de l’environnement.
Depuis 1994, nous réalisons pour les particuliers et les professionnels la pose de parquet sur mesure. Forts de notre expérience, nous ne travaillons que des essences de bois provenant de forêts françaises, écogérées de manière responsable. Nous proposons également des essences exotiques qui répondent à toutes nos exigences en termes de qualité et de normes. Plus de 4 000 clients nous ont déjà fait confiance, pourquoi pas vous ?